Chronique #1 Maladie de Verneuil Sport à la maison

Première chronique très personnelle, mon expérience avec le sport

Maladie de verneuil sport maison

La maladie de Verneuil s’améliore lorsque je pratique une activité sportive. Il y a cependant des choses à respecter pour pratiquer dans de bonnes conditions. Il y a aussi les contraintes de la maladie elle même. Si vous souffrez le martyr lors d’une poussée votre séance sera compromise. Prenez le temps de laisser votre inflammation réduire. Attendez le moment opportun pour pratiquer.

J’ai découvert la musculation à mes 17 ans. Je l’ai pratiqué à peine un an à cette période. J’ai eu ensuite plus de temps pour m’y lancer sérieusement à 23 ans. C’est justement l’année où je me suis lancé dans ma prise en main strict et un bouleversement positif dans mon hygiène de vie. Le sport faisait et fait partie d’un des 4 piliers de mes changements. Vous trouverez les 3 autres changements importants via mes routines sur le site des Combattant de Verneuil.

J’ai débuté à 23 ans (2013) dans une salle de sport comme il y en a des centaines en France. Avant et jusqu’à 2010 il y avait des petites salles plutôt familiales, où tous le monde se connaissait. La bienveillance y était aussi bien présente.
Aujourd’hui il est difficile d’aller ailleurs que dans une salle faisant partie d’une chaine nationale. L’ambiance est bien différentes. Il y a cependant quelques avantages avec des plages d’horaires d’ouvertures bien plus grandes. Un plus large choix de machines, mais le social a bien disparu. Vous ne revoyez jamais les mêmes têtes, et l’ambiance est moins sportives. Passez ces constations, on est la pour faire du sport alors c’est parti !

J’ai pratiqué jusqu’en 2020 dans ces salles de sport. J’y trouvé rapidement mes repères et j’aimais l’ambiance de ces lieux. La Covid est arrivée, fermeture. J’écris cet article mi-avril 2021 et la situation n’a pas changé. Mes 4, 5, 6 séances de sport par semaine depuis 7 ans, envolé. A raison d’1h30 par séance j’ai une grosse occupation qui a totalement disparu. Mais plus qu’une occupation c’est réellement devenu un besoin physiologique et phycologique. La compensation en footing, deux à trois fois par semaine, ne m’a pas rassasié de ma passion pour mon sport de force favori.

Salles de sport fermées, équipez-vous à la maison

Comme je me présente en description, j’ai toujours tendance à chercher des solutions aux problèmes plutôt que de me lamenter. J’ai décidé en début d’année 2021 de faire ma salle de sport à la maison. Avec comme objectif pouvoir refaire quasiment tous les exercices que je pratiquais en salle.

Les avantages de s’entrainer chez soi

Ma première séance d’hier suite à la réception de tous le matériel m’a ouvert les yeux sur de nombreux avantages du home Gym par rapport à la salle.

– Vos contraintes familiales, vous vous entrainez autour de vos moments libres.
– Vous ne perdez pas de temps en transports.
– Habillez-vous comme vous voulez (et comme vous pouvez avec la maladie de Verneuil).
– Pas d’impression de jugement, du regard des autres, surtout si comme moi votre mal est visible (sur la nuque dans mon cas).
– Faites des économies. Si vous aimez ce sport, si vous savez que vous allez en faire pendant des années. Faite un calcul simple : 100 euros d’inscription, et 30 euros par mois. Si comme moi votre compagne ou conjoint s’entraine aussi, vous doublez ce budgets. L’investissement de départ pour un home-gym peut sembler important, il est au final rentabilité en seulement 2 ou 3 ans selon le type de matériel que vous décidez d’acheter.

Les inconvénients de s’entrainer chez soi

Pour être le plus objectif possible, même si je ne le suit pas, voici les inconvénients d’un home-gym :
– Moins d’interactions sociales.
– Il faut avoir un espace libre chez vous pour installer un peu de matériels
– Vous devez connaitre certains mouvements qu’il est préférable d’apprendre avec une personne qualifiée. Pour la qualité de l’exécution du mouvement et éviter les blessures. Je pense notamment au squat et au soulevé de terre.
– Coût d’investissement de départ.
– Gardez la motivation à s’entrainer seul.

Je vous présenterai en photo dans une prochaine chronique mon installation, les choix des matériels et mes futurs projets pour faire évoluer cet endroit en zone de partage.